La jeunesse est confrontée de manière inédite au renoncement aux soins. La dernière enquête de l’OVE montre que cette tendance est en augmentation et concerne près de 27% des jeunes. Santé de moins en moins accessible, système illisible, parcours de soins inadaptés…. la précarité des jeunes en matière de santé est de plus en plus reconnue. Trop coûteux pour une jeunesse précaire ; complexe et inadapté à la situation des jeunes, le parcours de soins multiplie les obstacles pour permettre à notre génération de rester en bonne santé.

    Ancrées dans une logique purement curative, concentrées sur la réduction des déficits et la responsabilisation des malades, les politiques de santé menées ces dernières années sont cependant passées très largement à côté des objectifs d’accès aux soins et de réduction des inégalités de santé qui auraient dû être les leurs.

    En meilleure santé que le reste de la population, les jeunes ne sont pas pour autant dépourvus de besoins en matière de santé, à commencer par la prévention. Quand un des principaux enjeux sanitaires pour notre génération réside dans l’apprentissage des  « bonnes pratiques » pour permettre aux générations futures de vivre en bonne santé, l’assurance maladie ne consacre même pas 1% de son budget à la prévention.

    Les difficultés d’accès aux soins et le non recours aux droits justifient que de nouveaux moyens soient engagés ainsi qu’un choc de simplification dont le Régime Étudiant de Sécurité Sociale doit être le garant. Le RESS souffre en premier lieu d’une situation de duopole unique et nuisible. Faire l’apprentissage de sa santé nécessite également de reconnaître les jeunes comme un public particulier découvrant en tant que primo assuré et futur patient son système de santé et de solidarité.

    L’objectif de cet atelier est donc de réfléchir aux outils à développer pour rendre le système de santé plus utiles pour les jeunes. Avec notamment une facilitation des démarches administratives, et du parcours de soins qui sont aujourd’hui inaptes aux jeunes. Mais il s’agit aussi de faire évoluer le périmètre du régime, afin de le rendre plus lisible pour l‘ensemble des jeunes en formation et en insertion.

    Avec la participation de:

    Antoine Dulin

    int_150612_adulin-w470
         

    Jean-Martin Cohen Solal

    jean-martin-cohen-solal

    _